Accueil | Tout savoir sur le concours 2014/2015 | La boutique Tricot Thé ouvre son atelier tricot aux résidentes d’un foyer

Commerces et services de proximité, Champagne-Ardenne

La boutique Tricot Thé ouvre son atelier tricot aux résidentes d’un foyer

À Épernay, la mercerie-salon de thé de Sandy Tillet accueille régulièrement ses clientes pour des après-midis tricot. Trois résidentes du foyer de vie Jacques-Paul-Bru se sont intégrées à ces ateliers.

Leur Victoire

À Épernay, Sandy Tillet et son époux ont ouvert un magasin pour le moins original : leur enseigne, Tricot Thé, est à la fois une mercerie et un salon de thé… La boutique dispose d’un grand espace d’accueil où, chaque semaine, des clientes viennent travailler à leur ouvrage et s’échanger leurs techniques autour d’une tasse fumante. Les Tillet ont veillé à ce que le lieu soit accessible aux personnes à mobilité réduite.
Non loin de là, au foyer de vie Jacques-Paul-Bru, certains résidents s’adonnent à l’art du tricot depuis des années, mais faute d’encadrement expérimenté dans le domaine, aucun projet réellement structuré n’a abouti autour de cette activité. Jusqu’à ce que Francine Héron, auxiliaire de vie, fasse le lien entre l’établissement et le magasin Tricot Thé… Depuis, trois résidentes, Séverine, Marie-Clémence et Michèle, viennent partager, tous les quinze jours, leur passion du tricot avec les clientes de la boutique.

Quels résultats ?

Accompagnées de Francine, les trois résidentes sont accueillies par la responsable du magasin et conseillées par les clientes qu’elles retrouvent, d’une après-midi sur l’autre. Elles montrent leurs travaux en cours aux habituées du magasin, qui sont toutes des tricoteuses aguerries, ces dernières les conseillent, leur montrent de nouveaux points et réparent avec elles leurs erreurs de coutures. Si besoin, Sandy Tillet joue les intermédiaires. « On boit un verre, on est avec d’autre gens avec qui on discute, explique Séverine, 40 ans. Quand je vois que je me suis trompée sur mon tricot, je demande de l’aide à Sandy, la dame qui est responsable du magasin. Elle est très gentille avec nous, elle explique bien. Elle m’explique que j’ai fait un trou dans mon écharpe car j’ai loupé des mailles, et m’aide à corriger mon erreur. J’adore le tricot, ça me détend. Après mon écharpe, je prévois de faire un bonnet. Ce n’est pas évident mais j’apprendrai avec Sandy. »

Et demain ?

Pour les tricoteuses du foyer, les après-midis à la boutique représentent une véritable bouffée d’oxygène hors de l’établissement. À travers cette démarche très simple, elles font un pas supplémentaire vers l’inclusion dans la cité. Petit geste porteur de sens, la boutique a accepté de coller le logo Unapei sur sa vitrine.
Au foyer, de fil en aiguille, l’expérience des tricoteuses interpelle d’autres résidents, désireux d’apprendre à tricoter. L’engouement est visible au sein de l’établissement. Le devenir du projet pourrait passer par la participation d’autres personnes handicapées aux différents ateliers proposés par le magasin (décoration, bijoux fantaisies) et peut-être par l’organisation d’une vente de ces créations artisanales.

Initiateur(s) ou porteur(s) du projet : Francine Héron, auxiliaire de vie au foyer de vie Jacques-Paul-Bru
Partenaires : boutique Tricot Thé
Contact : Foyer Jacques-Paul-Bru, 10, rue des Forges, 51200 Épernay – Tél. : 03 26 55 97 70.

 

Unapei