Accueil | Les Victoires de l'accessibilité | Le concours 2012/2013 | Un programme d’évaluation et d’activités physiques pour préserver la santé des travailleurs d’Esat

Santé, Lorraine

Un programme d’évaluation et d’activités physiques pour préserver la santé des travailleurs d’Esat

Comme d’autres Esat des environs de Nancy, l’Esat André-Lanciot d’Heillecourt a déployé un programme d’Activités physiques utilitaires et professionnelles (APUP) auprès de ses 200 usagers. L’objectif : entretenir leurs capacités physiques et prévenir les maux du corps.

Leur Victoire

Il est reconnu que la plupart des personnes handicapées mentales travaillant en Esat ont une vie plutôt sédentaire en dehors de leur établissement. Beaucoup présentent des problèmes de surpoids. D’autres, plus âgées, sont plus sensibles aux effets du vieillissement et du manque d’exercice. C’est ce constat qui a conduit l’Esat André-Lanciot d’Heillecourt à proposer, dès les années 1990, des activités physiques à ses usagers. Au fil des années, cette initiative a abouti à la mise en place au sein de l’établissement d’un programme d’Activités physiques utilitaires et professionnelles (APUP) élaboré avec l’aide de l’AIEM-Adapei 54. L’objectif : entretenir les capacités physiques et le bien-être des personnes et les évaluer régulièrement pour répondre aux besoins de chacun.

Quels résultats ?

Dans le cadre du projet APUP, des temps de pratique sportive de 30 minutes ont été instaurés 2 à 3 fois par semaine dans le cadre du soutien professionnel. Ils s’effectuent pendant le temps de travail, dans une salle aménagée au sein même de l’Esat. Au programme figurent des activités individuelles ou collectives aussi diverses que la musculation, les assouplissements, la marche, le footing, les sorties à vélo ou différents sports collectifs.
Régulièrement, les responsables APUP interviennent dans l’établissement en concertation avec le médecin du travail et l’équipe éducative. Ils évaluent les capacités de chacun de 200 usagers, âgées de 20 à 60 ans, à travers 24 critères portant tout aussi bien sur la dextérité, la rapidité que sur la mémorisation ou l’orientation. Une fiche médicale d’aptitude individuelle est mise à jour. Elle permet de définir les axes de travail pour chacun.

Et demain ?

À travers ce projet, chaque usager améliore sa condition physique, conforte ses acquis et travaille ses « points faibles » dans le cadre d’ateliers où se mêlent des enjeux de santé, de bien-être, mais aussi de plaisir, la convivialité étant systématiquement au rendez-vous. Chaque participant remplit d’ailleurs une fiche de satisfaction pour faire part de ses attentes, de ses envies. La démarche a permis d’enregistrer de véritables évolutions chez la plupart des usagers. Elle valorise leurs capacités plutôt que de s’en tenir à leurs faiblesses. Elle est aussi l’occasion de les sensibiliser sur les risques liés à leur activité professionnelle et de les amener à adopter les bons gestes et les bonnes postures (porter, lever, poser) dans le cadre de leur travail quotidien.
Le projet APUP se prolongera dans les années à venir. Il permettra à l’AIEM-Adapei 54 et aux équipes engagées d’acquérir le recul nécessaire pour évaluer l’action sur la durée

Initiatrice du projet : Nathalie Banasiak, chef de service Activités physiques utilitaires et professionnelles (APUP) ; Contact : Esat A. Lanciot - rue des Érables BP 40056, 54182 Heillecourt Cedex – Tél. : 03 83 55 47 55. Envoyer un message.

 

Unapei